Menu
A+ A A-

Les médias sportifs seront sur le pont de l’UEFA EURO 2016™

Découvrez l'interview de Patrick Goddet, expert TV et digital chez Connecting Sport.

Patrick Goddet, fondateur de Connecting Sport, agence de conseil en stratégie de médiatisation audiovisuelle et digitale au profit des détenteurs de droits et des annonceurs.

Les médias sportifs et toutes leurs déclinaisons seront sur le pont de l’UEFA EURO 2016™.

beIN Sports,TF1, M6, Youtube, BFM Sport, LCI, Itélé, Google, Facebook, RMC, Droit à L’info, Facebook, Sport24, FootballAddict, L’Equipe, L’Equipe21, Eurosport et toutes leurs déclinaisons seront sur le pont de l’UEFA EURO 2016™.

Avant d’entrée dans l’arène de la « compétition de football de l’année 2016 », tous ces médias font et feront beaucoup de business, qu’ils soient médias officiels ou non. À l’occasion de cette compétition majeure, il n’y a pas encore eu de campagne véritablement émergente orchestrée par une marque qui aurait la volonté d’y mettre son empreinte (next time !). Signe du temps, effet de la complexification des stratégies du fait de la fragmentation des audiences et du ciblage à outrance, stratégie de concentration des efforts de communication…? Les communications interviennent de plus en plus au moment du buzz créé par les événements. Ce phénomène est amplifié par le digital qui joue le rôle de chef d’orchestre et donne le tempo. À n’en pas douter, les prises de parole entre les sponsors de l’UEFA, les partenaires fédéraux, les opportunistes, les habitués de l’ambush, les sponsors des autres grandes compétitions ou championnats… seront multiples et polyformes.

Jamais un événement organisé en France n’aura fait l’objet d’une telle couverture médiatique. Pay et free TV, radios généralistes et d’information, presse et bien sûr acteurs 100% digitaux se sont mis en mode UEFA EURO 2016™. beIN Sports 1 sera 100% Euro, RMC annonce 300 heures de direct, le Groupe L’Equipe et TF1 mettent en place un dispositif « commando » pour l’UEFA EURO 2016™… Une certitude, les acteurs digitaux seront plus que jamais présents, eux pour qui le sport pèse environ 15% de leur consommation contre 4% à la TV en temps normal. Leur capacité à capter des audiences en direct et leur mobilité sera plus que jamais un moteur d’audience et de recettes. L’utilisation des datas représentera pour ces acteurs un vecteur de création d’audience et de différenciation.

Faut-il s’attendre à des records d’audience ? L’audience cumulée devrait en tout cas être pharamineuse.

Les 22 millions de téléspectateurs rassemblés en moyenne (record absolu) devant la TV pour les plus grands matchs de football en 1998/2000/2006 ne seront plus jamais atteints. Non, ils seront écrasés par la fragmentation des audiences, par ces audiences qui sont multiples et qui se cumulent. beIN Sports a annoncé une audience de plus de 7 millions de téléspectateurs hors foyers pour le match France-Allemagne de la Coupe du Monde 2014 en plus des 16,9 millions présents sur TF1 !

La multiplication des voies de médiatisation (exacerbée par le droit à l’information qui est une spécificité française) remplira certains objectifs et en particulier celui de la visibilité des partenaires de l’UEFA.

Côté retransmissions en direct, beIN Sports, TF1 et M6 seront en première ligne.

beIN Sports

Les 51 seront matchs diffusés en totalité sur beIN Sports. La barre des 3 millions d’abonnés sera probablement annoncée très vite pendant l’UEFA EURO 2016™. Voire beaucoup plus !

3 millions d’abonnés x 13€ x 12 mois = 468 Millions d’€ TTC.

L’équation financière pour beIN Sports est liée au nombre de nouveaux abonnés susceptibles de rejoindre l’offre pendant l’UEFA EURO 2016™.

L’UEFA EURO 2016™ pourrait permettre d’engranger 500 000 nouveaux abonnés, ce qui est probable quand on sait que la coupe du monde 2014 a permis de gagner 875 000 abonnés. Et si le taux d’attrition est de 15% par an. Alors, combien dois-je payer les droits TV ? Soit 500 000 abonnés / 13 € TTC / 12 mois x 0,85 = 66 Millions d’€ TTC.

Quelle est la contrepartie financière de TF1 et M6 pour les 33 matchs qui seront diffusés ? Une fois de plus et durablement, beIN Sports devrait passer un cap.

TF1

TF1 propose la plus belle offre en clair avec 22 matchs dont la majorité des matchs de l’Equipe de France, 6 huitièmes de finale, 3 quarts de finale et la meilleure demi-finale. Tous les médias du groupe sont mobilisés de MyTF1 à LCI en passant par TMC pour un match.

M6

M6 s’est contenté de 11 matchs, mais diffusera sa première finale d’une grande compétition. Tout cela s’est joué par un tirage au sort avec TF1 dans un esprit très fair play. L’enjeu est le record d’audience de l’année qui pourrait revenir à M6 pour une première et confirmer une promesse de son président d’investir dans le sport et le football en particulier. La petite chaîne qui monte aurait atteint le sommet (en 2016) !

Côté nouveautés : une nouvelle chaîne d’information, la 4K et l’exploitation des datas

« BFM Sport » profite de l’UEFA EURO 2016™ pour se lancer sur Numéricable et sur la box SFR. Une fois de plus, le groupe NextRadioTV-Altice-SFR innove et bouscule les lignes du traitement du sport ! Dans un panorama audiovisuel un peu saturé, le groupe se fait une première place avec un traitement "hard news" sur le modèle de BFM TV avant de lancer son offres multi-chaînes SFR Sport à partir du 12 août.

beIN Sports consacre beIN Sports 2 à la diffusion des matchs en direct (co-diffusion avec beIn Sports 1) agrémentée de datas en live tout en misant sur l’interactivité. La chaîne offre ainsi une nouvelle expérience en direction des "fans".

L’Ultra HD entre en jeu (ou la 4K) pour la diffusion de 5 matchs de TF1 pour les abonnés à la TV d’Orange. Orange avec TF1 et BFM Sport avec SFR, les opérateurs de télécommunications entrent en jeu dans la diffusion du sport en très haut débit. On en saura plus à terme avec la FA Premier League qui aura un canal 4K (ou Ultra HD) dédié.
Plus loin de nous, mais cela démontre bien que les enjeux du sport sont internationaux, beIN Sports lance son propre décodeur ultra HD en Afrique à l’occasion de l’UEFA EURO 2016™ et diffusera 8 matchs dans cette norme. Le futur de la TV passera par le très haut débit, la 4K et les offres OTT (over the top).

Enfin, le développement des offres « second écran » alliant choix de caméra sur les « relive », interactivité, datas et gamification se systématise. Elles seront proposées par les diffuseurs ou sur la base des offres développées par la société Netco Sports et soumises aux diffuseurs par l’UEFA.

Côté Mercato – Les lignes bougent avec les grands événements

Il concerne les commentateurs et les consultants. Ces derniers ont pris une valeur marchande importante avec la concurrence des contenus sport et du foot en particulier.

TF1

Grégoire Margotton rejoint TF1 ainsi que Rudy Garcia qui est très attendu dans le rôle de consultant au côté de Christian Jeanpierre. Joli coup pour renforcer une équipe très identifiée avec Bixente Lizarazu.

beIN Sports

beIN Sports annonce la plus grosse délégation avec 80 journalistes et consultants dont le transfert d’Arsene Wenger qui était sans équipe (de commentateur/consultant) depuis quelques mois. Marcel Dessailly, Jean-Pierre Papin, Robert Pires, Elie Baup, Patrice Ferri, Omar da Fonseca, Luis Fernandez et Bruno Cheyrou… seront aux côtés de Darren Tulett, Christophe Josse, Xavier Domergue, Aurore Bonnet et Claire Arnoux. beIN Sports met une fois de plus les moyens pour briller.

RMC - BFM

Côté RMC-BFM TV et BFM Sport, les équipes sont inchangées et sont les plus identifiables de tous médias. Le trio CLF (Courbis-Larqué-Fernandez) est en place. L’excellente nouvelle est la place prise par Eric Di Meco qui a imposé un style très direct au commentaire de live sur beIN Sports en très peu de temps, en plus de son rôle sur RMC, et qui officiera désormais sur l’offre SFR Sport.

Les offensives commerciales - Modèles gratuit ou payant, les offres sont déchaînées.

Les Groupes Canal et beIN Sports lancent des offres limitées du 10 juin au 10 juillet au moment de l’UEFA EURO 2016™. Canal+ et CanalSat incluant beIN Sports sont à des prix allant de 20 € à 35 €/mois pendant un an. Le conseil de la concurrence regardera tout cela de très près au moment où la concurrence sur la Pay TV premium est naissante.

Entre TF1 Publicité et M6 Pub, la guerre des tarifs "bruts" est lancée

M6

Sur M6, en cas de participation de l’équipe de France à la finale, les tarifs des écrans optionnels mis aux enchères (en cas de prolongation et de tirs au but) s’établissent sur le papier à 320 000 € brut ou à 240 000 € en amont de la remise de la coupe. Ce sont les écrans les plus chers en valeur faciale, les plus qualitatifs et généralement les moins chers en C/GRP (l’audience augmentant avec l’heure et le suspens). À acheter les yeux fermés avec une négociation !
Le « 30 secondes » à la mi-temps qui est certain d’être diffusé s’établit à 270 000 € brut HT. Si la France n’est pas en finale, les tarifs passent à 155 000 € à la mi-temps, en prolongation à 140 000 € brut HT seulement en amont de la remise de la coupe.
Nous sommes le dimanche 10 juillet, les individus résidants en France métropolitaine (cf définition des téléspectateurs par Médiamétrie) ne sont pas encore en vacances, les audiences sont encore au top et les chaînes concurrentes proposent des programmes faibles sachant que l’audience sera difficile à capter.

320 000 € brut HT constitueraient (en cas de diffusion) le record du spot de 30 secondes le plus cher de l’histoire de la TV en France. En comparaison, les « 30 secondes » lors du Superbowl sont proposées à 5 millions d’euros.

TF1

Sur TF1, la tarification pour la demi-finale propose une approche différente. Les écrans de mi-temps sont à 215 000 € et les écrans optionnels à 161 000 € brut HT. Il faut bien évidemment acheter ces derniers en plus des premiers si les budgets le permettent.

beIN Sports

Sur beIN Sports, le tarif « 30 secondes » à la mi-temps de la finale s’élève à 50 000 € brut HT pour une finale avec la France.
Le pack 1, spot « 30 secondes » dans 100% des matchs diffusés sur les antennes 1 et 2 se négocie autour de 330 000 euros net HT.

Les bonnes affaires résident aussi dans les dispositifs de partenariat qui offrent souvent une couverture et un niveau de répétition hors normes pour des budgets parfois accessibles.

Conclusion

Post UEFA EURO 2016™, on devrait savoir qui de TF1 ou M6 réalisera la meilleure audience de l’année, si le tarif le plus cher de l’histoire de la TV française a été déclenché, si beIN Sports a dépassé la barre des 3 millions d’abonnés, si la 4K est vraiment magique, si Rudy Garcia est un bon consultant, si BFM Sport est bien née, si l’Equipe 21 confirme son point de part de marché sur la période, si le digital a une fois de plus fait exploser les compteurs de la consommation et en particulier de celle en mobilité, si twitter a dominé facebook en France/à travers l’Europe, quel est le sponsor préféré et celui qui a dépensé le plus…

Post UEFA EURO 2016™, le sport et les médias entreront dans une nouvelle ère avec une recomposition parfois lente mais certaine des marchés autour des opérateurs de télécommunications, des acteurs du digital et de groupes audiovisuels ou détenteurs de contenus.

Retour en haut

Sporsora

Newsletter

Partenaires